Open
  • Faire rugir vos talents !

La pédagogie Montessori, qu’est-ce que c’est ?

Comment organiser l'espace de travail pour faire des devoirs

Née en 1870, Maria Montessori fut la première femme médecin en Italie. Elle consacra l’essentiel de sa carrière à observer l’enfant déficient, son fonctionnement et à réfléchir à la meilleure façon de l’accompagner pour lui permettre de développer son intelligence autant que sa personnalité. Cette éducatrice devenue également philosophe va alors partager sa vision de l’enfant en mettant  en place une pédagogie nouvelle, très avant-gardiste.

Maria Montessori va notamment mettre en lumière le fait que l’enfant, avec son « esprit absorbant », traverse des périodes dites « sensibles ». C’est durant ces moments qu’il est susceptible de développer un type de compétence : langage, coordination des mouvements, comportement social… Voilà pourquoi il est essentiel selon elle de s’adapter à chaque enfant pour lui permettre d’acquérir ces compétences, selon l’ordre et le rythme qui lui sont propres. Pour cela, Maria Montessori a ouvert des écoles Montessori et surtout, mis en place une série d’outils pédagogiques et d’activités favorisant l’éveil de l’enfant, sa confiance en soi, son autonomie.

La pédagogie Montessori est enseignée dans des centres de formation, dont certains bénéficient d’une accréditation des ministères de l’éducation du pays. MACTE10 (Montessori Accreditation Council for Teacher Education), organisme qui bénéficie de la reconnaissance du gouvernement américain depuis 1995, organise une accréditation pour les centres de formations de plusieurs associations : American Montessori Society (AMS), Association Montessori International (AMI), Association Montessori International – USA (AMI-USA), Independents not in a Consortium (INC), International Association of Progressive Montessori (IAPM), International Montessori Council (IMC), Montessori Educational Programs International (MEPI), The Pan American Montessori Society (PAMS).

Études scientifiques sur la pédagogie Montessori

Selon le sociologue Stanislas Morel, « Maria Montessori était une femme médecin, auteure d’un livre, Pédagogie scientifique, qui cherchait à établir une pédagogie expérimentale. Il y a un lien de parenté entre Montessori et les neurosciences. Il s’agit dans les deux cas d’expliquer à des enseignants dont la pédagogie est jugée intuitive, spontanéiste, ce que les sciences expérimentales ont à dire des apprentissages. »

Plusieurs travaux en neurosciences se sont intéressés à l’efficacité pédagogique des écoles Montessori, et des recherches en sciences cognitives confortent les « intuitions » et observations de Maria Montessori concernant les enfants. Selon Stanislas Dehaene, une étude publiée dans Science en 2006 « a montré des bénéfices de cette pédagogie sur la lecture, le langage, les fonctions exécutives et la compréhension des autres ». Conduite aux États-Unis, cette étude tend à montrer que les élèves passés par cet enseignement obtiennent de meilleurs résultats lors d’évaluation de leurs capacités scolaires mais aussi sociales, et ce même si l’on contrôle pour les biais d’autosélection.

Des études sont en cours pour étudier l’impact de la pédagogie Montessori sur des élèves francophones26. Le ministre de l’éducation nationale Jean-Michel Blanquer s’est dit en 2017 favorable à « l’esprit Montessori » : « Je suis pour la créativité, la diversité des expériences. Je ne dis pas que Montessori doit être appliqué partout. D’ailleurs c’est plus l’esprit Montessori, qui doit être revisité, dans des modalités qui doivent évoluer. Au-delà du génie pédagogique qu’était Montessori, c’est sa démarche qui est importante. »

En 2015, un article a examiné les études scientifiques faites par une candidate au doctorat en neuroscience et un professeur de psychologie du développement à l’université de Genève, sur les effets (généraux et spécifiques) de la « méthode pédagogique Montessori » sur le développement psychologique des enfants. L’ensemble des résultats suggère que la méthode Montessori peut avoir des effets bénéfiques sur les comportements socio-émotionnels, les compétences académiques et le potentiel créatif des élèves, mais certains résultats ne sont pas retrouvés. Des études complémentaires en psychologie et en neurosciences sont nécessaires pour confirmer ces résultats comportementaux et commencer à cerner les signatures cérébrales de ces effets bénéfiques.

Pour la première fois, en 2019, une recherche effectuée en Suisse28 et portant sur les résultats de la pédagogie Montessori a été publiée dans une revue scientifique internationale. L’Ecole Montessori Vevey a soutenu activement cette recherche et un certain nombre de ses élèves y ont participé. En tout, 201 enfants de 5-6 ans et 7-13 ans ont participé à cette recherche. 99 d’entre eux étaient scolarisés dans des écoles Montessori et 101 dans des écoles publiques traditionnelles. Les élèves provenaient de milieux socio-économiques similaires, afin d’éviter un éventuel biais de recherche dû à leur milieu social ou familial.

Critiques

La méthode Montessori est encore sujette à caution et remise en question par nombre d’éducateurs. Selon Marie-Laure Viaud, docteur en sciences de l’éducation et spécialiste des écoles alternatives : « Certains considèrent que les activités proposées [dans les écoles Montessori] ne couvrent que certains besoins des enfants, d’autres lui reprochent d’être trop centrées sur le préapprentissage scolaire. ». La réintégration dans un système classique peut se faire avec difficulté. Xavier Darcos relève en 2016 que « bien des témoignages montrent que les enfants qui quittent le monde montessorien pour continuer leurs études et pour affronter le monde sont désemparés et ont du mal à suivre le rythme d’un groupe. »

« Montessori n’est pas une marque déposée. N’importe qui peut poser sa plaque et s’autoattribuer ce label sans garantie de sérieux, ni de formation digne de ce nom. Il existe toutefois, depuis 1950, l’association Montessori France (AMF), affiliée à l’association internationale créée par Maria Montessori. Elle compte une centaine d’écoles adhérentes, sur environ 200 structures recensées en France. » La pédagogie et les résultats des écoles « hors-contrat » en France ne sont pas contrôlés.