Jaouida, enseignante au Campus des Savoirs, a accepté de répondre à nos questions.

Bonjour Jaouida, peux-tu nous parler de ta formation et de ton parcours ?

J’ai 36 ans. J’ai deux diplômes, un Master 1 LLCE anglais et un Master 1 FLE. J ‘ai travaillé comme professeur de français et d’espagnol en Angleterre. Cette formation m’a beaucoup appris en terme de pédagogie. Je dirais que, d’une certaine façon, j’ai appris avec les méthodes anglaises où l’on prend la parole et la prise de risque autorisée. Avec un public aussi varié, j’ai appris à m’adapter et à réaliser qu’il existe une grande différence entre la pratique et la théorie!

Il y a donc une grande diversité d’élèves ?

Tu as des élèves, ou apprenants, hétérogènes avec des difficultés creusées, d’autres qui ne comprennent pas le sens ou l’intérêt d’aller en cours, qui pratiquent uniquement. On ne les invite pas à réfléchir sur le sens même de l’enseignement ou on ne leur explique pas comment fonctionne une matière (une langue dans mon cas). Une fois qu’ils savent comment appréhender la matière, qu’ils en ont compris le fonctionnement, il y a un lâcher prise. C’est surtout leur redonner foi ou confiance en leurs compétences quand bien même ils n’ont pas les mêmes difficultés ou points forts. J’essaie d’harmoniser la classe afin que chacun y trouve sa place, cela prend du temps ! Je tente de répondre à leurs attentes avec réalisme : ce que je retiens c’est que je me remets souvent en question, je revois mes méthodes et je m’adapte.

Depuis combien de temps enseignes-tu au Campus des Savoirs ? Comment est l’ambiance ?

J’enseigne au Campus depuis 8 ans environ, et je dispense des cours particuliers ou collectifs d’anglais. J’interviens aussi en tant que formatrice pour adultes. L’ambiance est au top, sinon je serais partie depuis longtemps. Il y a une dimension humaine, avec des valeurs dans lesquelles je me retrouve. L’élève est au centre mais en tant qu’humain ! on étudie le profil de l’élève, mais aussi ses sensibilités, afin de lui construire une approche adaptée et de lui apporter les meilleures conditions de travail. Le Directeur est à l’écoute et prend également en compte les doléances des professeurs. On discute, on réfléchit et on se remet en question, on cherche toujours à apporter un plus à l’élève, à innover pour repenser l’enseignement.

Que penses tu apporter à tes étudiants et à tes élèves de plus que de simples connaissances?

Je pense leur apporter le plaisir de travailler, le goût d’apprendre sous une forme ludique, je les amène à repenser l’école et les cours, et leur explique l’intérêt que cela peut avoir sur le plan personnel, à savoir une meilleure confiance en soi. Je les amène à faire un travail personnel et surtout à oser. Pour moi, un cours de langue, c’est comme une pièce de théâtre où les élèves sont des acteurs ! Être l’autre!

Faut-il une qualité particulière pour exercer ton métier?

Être passionnée et croire non seulement en ce qu’on fait mais aussi à nos élèves !

Aimerais-tu changer quelque chose? 

Changer quelque chose… Oui, faire en sorte que les gens aient une autre vision, plus sérieuse, de l’enseignement. Qu’ils se rendent compte que les professeurs sont des humains et pas des applications, que la réussite de l’enfant passe par l’enfant d’abord, et que c’est un travail d’équipe !

As-tu des projets futurs, que tu aimerais mettre en œuvre pour les jeunes?

Avec Adrien Tingry, nous avons créé King Talent Academy, afin de répondre aux besoins des jeunes, de les accompagner, de leur donner la possibilité d’entreprendre, d’avoir un objectif et de l’atteindre en s’armant de patience, rigueur et passion. L’idéal serait de donner une plus grande visibilité à ce projet et de mettre le jeune à la place qui lui revient, c’est à dire au centre de tout !

Print Friendly, PDF & Email

Articles qui pourraient vous intéresser

Bienvenue sur cette cagnotte solidaire portée par les jeunes de la King Talent Academy !
Une nouvelle organisation du lycée
Adieu les mathématiques pour les lycéens